5. mars, 2016

Et Si...

Il y a un peu plus d’un mois, lors d’une conversation, mon interlocuteur m’avait demandé de lui énumérer mes douleurs autres qu’à la tête. Je souffre en effet d’un état de mal migraineux depuis dix ans. Dix ans pendant lesquels je n’ai pas connu la moindre nanoseconde sans souffrance. Bien au contraire! Les années ont passé, la douleur s’est incrustée. Profond, profond, profond. C’est dur, c’est aigu, c’est fort, ça empoigne, ça serre, ça étouffe, ça paralyse, ça transperce, ça électrise, tant d’autres encore... Mais surtout! Ça me coupe de la vie. Ça me coupe de moi-même!

 

Revenons en au reste du corps. Là aussi il y a du ravage! Je m'énumère donc du coup aux pieds, quand... Mais au fait! Je n’ai plus mal aux pieds depuis que j’ai emménagé! Je n’y pensais même plus! Voilà six mois que je n’ai plus mal aux pieds, ou du moins si peu et de façon si sporadique, et je ne m’étais rendu compte de rien. J’avais juste oublié cette douleur. 

 

En rentrant chez moi, cette découverte occupait toutes mes pensées. Je n’avais rien fait pour que ça ne parte. Pas de kinésithérapie, pas d'opération, mais plus bobo. En m'asseyant me vint alors un éclair de génie : «Et si Paula avait raison?»

 

Replongeons-nous dans le contexte! Deux en arrière, les médecins me trouvent une épine calcanéenne a chaque pied. La douleur était si violente que régulièrement je ne pouvais pas poser les pieds au sol. Paula avec qui nous échangions depuis un petit moment sur les réseaux sociaux, qui étaient également une bonne copine, me dit alors qu’en bioanalogie l'épine calcanéenne signifie que là où je suis, je ne suis pas respectée, je suis malheureuse et que je dois faire un choix pour que ça change. Je devais me faire confiance et prendre les devants pour mettre un terme à cette situation qui m’était vraiment défavorable.

 

Bien entendu, en grande cartésienne, je ne voulais pas en croire un mot. Il y avait sur les radios la preuve que j’avais bien une épine dans chaque pied. La blessure était physique et puis rien d’autre! Elle essaya plusieurs fois de m’expliquer les bienfaits de ses pratiques comme le TIPI, par exemple. Elle me donnait d’autres indices analogiques sur ma souffrance principale, celle qui me tuait à petit feu. Mais non! Les radios, les IRMs, les médecins etc, toute la médecine traditionnelle me prouvait par A plus B que tout était dû aux divers accidents que j'avais eus. 

 «Alors Paula, je t’aime bien mais laisse-moi tranquille!» C’est ce qu’elle fit. Tout en restant là pour moi, tout de même. 

 

Jusqu’à ce jour de moi de Janvier 2016 où je me suis dit, assise sur mon canapé, comme une andouille, «et si Paula n’avait pas tort?» Parce qu’elle n’est pas partie toute seule cette douleur! Même si, moi, je n’ai rien fait, il y a bien quelque chose qui s’est passé!

 

Je contacte donc Paula, lui demande de me redire ce quelle m’avait indiqué sur les épines calcanéennes. Et là, le bluff! C’était exactement ça! Là où j’habitais avant je n’étais pas respecté, pas aimé. Je n’étais pas à ma place, je le savais mais je n’avais pas suffisamment confiance en moi pour faire ce qu'il fallait. Jusqu’à cet événement qui a fait déborder le vase. Et je me suis bougée. 

Et j’ai déménagé! 

Et... Bonjour Paix, Bonjour Respect, Bonjour Avenir. Au Revoir douleurs aux pieds!

 

C’est alors que le jour arriva où une grande cartésienne demanda à son amie, vraiment très patiente et tolérante, si elles pouvaient commencer un travail ensemble. 

 

Ceci n’est que le premier pas du chemin sur lequel je vais vous mener pour témoigner de l'efficacité de l’accompagnement de Paula. Sachez en tout cas j’ai obtenu en dix jours de travail avec Paula plus de réponses que je n’en’ai eu en vingt-deux ans de médecine et sept mois de thérapie. Les faits parlent d’eux-mêmes!

 

Moral de l’histoire : ne jamais fermer la porte à rien. Le monde, la vie est bien plus vaste qu’on ne l’imagine. Beaucoup de choses nous échappent encore. Ouvrons-nous et cessons de chercher partout ailleurs une réponse qui est en nous. 

 

Un jour j’inventerai un mot plus fort que «merci» pour toi Paula, puisque tu es plus forte que tout un système. Pour toujours et à jamais, je te porterais dans ce coeur que tu es en train de m’aider à réparer. 

 

Tophe Harper.