Comme vous le savez sûrement maintenant, je fais une introspection, un travail sur moi depuis deux ans. Pour cela j’ai mon suivi avec mon Paula chaque semaine mais je tente aussi d’autres domaines que la bioanalogie afin de tirer le meilleur parti de qui je suis, de pouvoir évoluer au mieux sur le bon chemin. Pour ne rien vous cacher, c’est aussi par curiosité car je me passionne pour tout ce qui est comportement humain et sciences humaines depuis que j’ai quinze ans. 

 

Il y a peu, moins d’un mois. Je suis allée voir une dame qui a plusieurs spécialités, parmi lesquelles la kinésiologie et la naturopathie. Une fois de plus, la façon dont s’est déroulée la séance, le comportement de cette thérapeute couteau suisse a fait ressortir une qualité plus que rare que je n’ai jusque-là trouvé que chez Paula : le respect de l’accompagné. 

 

C’est la seule thérapeute/médecin (et croyez-moi que dans ces deux corps de métier j’en ai quelques dizaines à mon actif) qui m’a toujours prise au sérieux. Elle ne m’a jamais traité par-dessus la jambe, jamais abandonné parce qu’elle ne comprenait pas quelque chose en moi. Jamais elle ne m’a considéré comme un statistique ! Bien au contraire ! Elle a toujours prêté la plus grande attention au fait que je sois une personne vraiment pas foutue comme tout le monde et m’encourage même vivement à l’assumer ! Je peux toujours lui poser toutes les questions que je veux sur ses différentes techniques, les différentes choses qu’elle m’apprend. Contrairement à ses confrères du monde de la thérapie ou de la médecine qui ne daignent jamais piper un mot sur les interventions que je dois subir ou les médications qu’ils me prescrivent, si souvent à tort. Comprenons qu’ils doivent disposer de mon corps et de mon esprit sans que je ne pipe mot ! Bien sûr ! Vous pouvez toujours vous l’accrocher avec un petit ballon, comme disait mon cher et tendre grand-père ! Elle ne m’a jamais écrasée sous couvert que c’est elle la thérapeute et donc, elle qui sait tout et moi celle juste bonne à apprendre, ma cervelle se devant d’être vide sans elle. Comportement maintes fois répétés par tous ses congénères que j’ai pu côtoyer ! N’oublions pas, non plus, sa disponibilité. Avec elle, pas de chrono en main, pas de « on verra ça à la prochaine séance ».

 

Je te l’ai déjà dit pléthore de fois, Paula, mais je ne cesserai jamais de te remercier pour ça aussi! Pour toi, c’est unique et naturel mais pour les personnes habitées par le mal-être ou la douleur, quand ce n’est pas les deux, c’est primordial ! C’est précieux ! C’est réconfortant et inestimable !

 

Merci du fond du cœur ! Je n’en serais pas où j’en suis sans cet aspect de toi !

 

Sophie